Autres

AUTRES 2013

 
Faillir être flingué
Céline MINARD

Le far-West n’était plus vraiment à l’ordre du jour. Avec ce roman de Céline Minard, il risque de le redevenir.
Vous aurez droit à tout : cow-boys, indiens, chasseurs de prime, bagarres, scalp, entraîneuses de saloon et même aux portes à double battants qui claquent.
Vous découvrirez une galerie de personnages pittoresques tous plus ou moins en rupture de ban. Ces pionniers aux histoires dépareillées convergent vers une ville en pleine édification où une idée et deux clous suffisent à faire de vous un homme ou une femme riche.
Au départ, un peu embrouillée par les multiples personnages, je me suis vite laissé porter par ce récit picaresque qui m’a procuré beaucoup de plaisir.
Une pointe de regret (ou de jalousie ?) pour ce monde certes cruel mais si peu contraignant…


 
Immortelle randonnée
Jean-Christophe RUFIN

« Qu´est-ce qui te pousse?
Quelle est la secousse
Qui a décidé pour toi de ce chemin?
La source vive
Celle qui te motive,
A-t-elle jailli d´un seul coup sous ta main?
Pour que ta quête
Un jour te projette
Tout seul, sac au dos en humble pèlerin »
Anne Sylvestre

"Pourquoi êtes-vous allé à Santiago ?", j'ai été bien en peine de répondre. Comment expliquer à ceux qui ne l'ont pas vécu que le Chemin a pour effet sinon pour vertu de faire oublier les raisons qui ont amené à s'y engager ? On est parti, voilà tout.»
L’auteur a suivi à pied, sur plus de huit cents kilomètres, le «Chemin du Nord» jusqu'à Saint-Jacques-de-Compostelle. Beaucoup moins fréquenté que la voie habituelle des pèlerins, cet itinéraire longe les côtes basque et cantabrique puis traverse les montagnes sauvages des Asturies et de Galice. Une randonnée qu’il décrit pas à pas, riche des beautés rencontrées et des émotions ressenties.


 
Maman, est-ce que ta chambre
te plaît ? : survivre en maison de retraite
William REJAULT

Ceci n’est pas un roman. Ceci n’est pas une fiction. Même si on le voudrait, tant le tableau si noir dressé par l’auteur, nous donne envie de terminer l’ouvrage en se rassurant : « Bah ! Il exagère» 
Non hélas, cet infirmier décrit simplement, cliniquement, à l ‘aide d’exemples vécus, la situation des vieillards en maisons de retraite ; celles-ci, qu’elles soient basiques ou de haut standing, ne leur sont jamais favorables. Vieux relégués, en perte d’autonomie, quel que soit leur état en arrivant, infantilisés, maltraités parfois par un personnel soignant débordé, épuisé, à la limite de la perversion.
Qui en est responsable ? Les structures insuffisantes par manque de moyens. Le profit instauré en référence absolue.
Des solutions – au moins des améliorations -  sont-elles concevables ? Oui, nous explique clairement William Réjaut qui nous a exposé les horreurs, plus ou moins discrètes, de son quotidien. Pour cela, il faudrait que l’imagination puisse s’appuyer sur des subsides et que le sens de l’humain triomphe de la rentabilité.
Un rude combat à mener pour tous les «  Indignés » !


 
22/11/63
Stephen KING

En 2011, il s’appelle jack Epping. Il est professeur de lycée et divorcé d’une épouse alcoolique.
En 1958, il deviendra Georges Amberson et aura pour objectif d’empêcher l’assassinat de JFK.
Il rencontrera la femme de sa vie dans les années 60.
King a eu l’excellente idée de faire coexister la thématique du voyage dans le temps avec celle de l’assassinat de Kennedy.
Certes, quelques longueurs mais une plongée intéressante et très documentée dans l’Amérique des années 60.
Un livre palpitant et prenant où le gore n’a pas sa place. Ce qui devrait séduire un public beaucoup plus vaste.
Un livre magique et brillant difficile à lâcher.


 
Et rester vivant
Jean-Philippe BLONDEL

Sa vie est jalonnée de drames : à 18 ans, il perd sa mère et son frère dans un accident de voiture. Quatre ans plus tard, c’est son père qui décède. La réalité dépasse de loin la fiction.
KO, anesthésié, en recherche de sens, le narrateur part, le temps d’un été, sur les routes américaines en compagnie de sa petite amie et de son meilleur ami...

Un livre touchant exempt de pathos. Un court récit biographique pudique au style dépouillé.

 
Ca m'agace
Jean-Louis FOURNIER

Ah ! Les crispations de la vie quotidienne !
Comme l’auteur présente très bien son livre lui-même, laissons le faire :
« Les musiciens du métro jouent faux, les désespérés se jettent sous mon TGV, le serveur vocal ne me dit pas un mot gentil, une mite a fait un trou dans mon pull, les croissants sont mauvais, les moustiques me piquent, ma voisine joue du karcher, l’humoriste ne me fait pas rire, les camions m’empêchent de doubler, les pigeons me chient sur la tête ... Ça m’agace. »


 
Patients
Grand Corps Malade

Fabien Marsaud est jeune. Il a l’avenir devant lui et des projets plein tête. Son ambition, sa passion : le sport et plus particulièrement le basket.
Son destin va basculer en 1997 lorsqu’il fait un plongeon dans une piscine trop peu remplie. Il se déplace des vertèbres et est diagnostiqué tétraplégique. Envoyé dans un centre de rééducation, Fabien nous raconte sa vie, ses combats et aussi ceux de ses compagnons de galère.
Un témoignage touchant, humain à la touche humoristique et poétique.
Un récit où Fabien Marsaud alias Grand Corps malade prouve qu’il excelle aussi bien dans le genre biographique que dans celui du slam.


 
Troisième humanité
Bernard WERBER

Chez les Wells, on est chercheur de père en fils. L’aïeul a concentré son travail sur la recherche de géants ayant colonisé notre monde en de lointaines époques. C’est en découvrant les preuves de son hypothèse que Charles mourra.
Le descendant, lui, s’intéresse à la miniaturisation de l’homme. David est d’ailleurs sélectionné pour participer à un programme de recherches consacré à l’évolution de l’espèce…
Une aventure « werberienne » hors du commun, captivante et passionnante.
Les moins : un petit passage à vide (pour mieux repartir sur les chapeaux de roue) et une centaine de pages de trop.
Malgré cela, le roman qui est de la trempe « Des fourmis » reste éblouissant.